Pose de la 1ere pierre le 14 septembre 2018 à 16h00 en présence de:

  • M Jean-Luc GLEYZE, Président du Département de la Gironde
  • Mme Célia MONSEIGNE, Maire de Saint André de Cubzac, Conseillère Départementale Nouvelle Aquitaine, Présidente du Conseil d’Administration
  • M Michel LAFORCADE, Directeur Général de l’ARS
  • Mme Françoise CARTRON, sénatrice de la Gironde
  • Mme Véronique HAMMERER, députée de la Gironde
  • Mme Edith MONCOUCUT, vice-présidente du Conseil Départemental

Maître d’Ouvrage: EHPAD espace Latour du pin

UN ÉTABLISSEMENT PUBLIC ANCRÉ DANS UN TERRITOIRE

Le premier hôpital de St-André-de-Cubzac fut décidé en 1900 et inauguré en 1904, par le maire Emile Dantagnan: c’était le premier hôpital cantonal.
En effet Ernest Gaillard, pharmacien, donnait alors le terrain et Jules Latour, propriétaire du château Timberlay, proposait en 1899 d’y construire à ses frais un hôpital qu’il offrit à la commune. Les frais engagés s’élevaient à 50 304, 47 francs, une somme considérable pour l’époque, complétée par le leg de l’abbé Peychaud, curé de Saint-André de Cubzac, à la commune d’une somme d’argent importante pour la construction d’un hospice correct.
L’histoire de cet hôpital a toujours été placée sous le signe de la solidarité et de la générosité.
L’hôpital comprenait deux salles de 8 lits (femmes et hommes) et un espace pour les malades payants. Les indigents étaient soignés gratuitement, ceux qui pouvaient payer devaient participer.
A la fin des années 1960, 5 étages avec son aile « dite aile-ménage » pour accueillir les couples en 1971.
En 1993, une nouvelle aile adaptée au vieillissement de la population est construite.
Les nombreuses subventions perçues depuis par l’État, le Conseil général puis départemental, les aides de la Commune se sont inscrites dans cette histoire et marquent une solidarité constante dont a bénéficié cet établissement.
Depuis sa création cet établissement a renforcé son rôle territorial : D’abord par sa transformation d’hospice en maison de retraite publique (1983) puis par l’extension de capacité portée à 209 lits en 1984.

S’il a bénéficié bien sûr de travaux d’humanisation et de rénovation successifs, la complexité architecturale, le besoin d’intimité des résidents avec des chambres individuelles mais surtout l’évolution des personnes accueillies, de plus en plus dépendantes, ont engagé l’établissement dans des travaux de modernisation complets avec la volonté de maintenir la capacité existante à 209 lits.

Les 209 lits font de cet établissement un des plus importants par la taille de la Gironde (2ème). Par cette capacité il s’agit d’abord de répondre aux besoins de la population locale mais aussi d’apporter des services nouveaux aux personnes âgées et à leurs familles. Ainsi le Pôle d’activités et de soins adaptés a été mis en œuvre en 2016 ainsi que l’accueil de jour en 2017.
C’est donc bien un EHPAD ancré dans un territoire, de Blaye à Libourne, au sein duquel il est un maillon incontournable du parcours de vie et de soin des personnes âgées et en manque d’autonomie de ce territoire.
La télémédecine et les consultations possibles à distance marquent le recours aux nouvelles technologies pour améliorer l’offre de soin.

Les EHPAD évoluent continuellement avec une recherche permanente de confort et de qualité de prise en charge.
L’EHPAD Latour du Pin ne pouvait que s’engager dans un projet de restructuration global et complet. Pour autant ce projet a été lancé avec le souci conjugué d’un projet maîtrisé financièrement pour limiter l’impact sur le prix de journée des résidents et le maintien de sa position en cœur de ville de Saint-de-Cubzac.

LE PROJET D’ÉTABLISSEMENT DE LATOUR DU PIN

L’établissement est bien sûr un acteur économique de Saint-André-de-Cubzac, commune en pleine expansion.
L’opération de réhabilitation complète vise à apporter une réponse aux personnes les plus dépendantes avec le projet d’accueil de personnes en fin de vie, mais aussi des personnes atteintes de la Maladie Alzheimer ou apparentée avec le PASA, les unités Alzheimer « protégées » pour 28 personnes.
S’il répond à des enjeux de santé publique il répond aussi à un enjeu sociétal de vieillissement de la population.
Ainsi ce projet de reconstruction sera suivi de la réhabilitation de locaux vidés grâce à la reprise d’un bâtiment par Gironde habitat permettant d’offrir des logements adaptés à des séniors souhaitant vivre à domicile en coeur de ville.
Le projet d’’établissement c’est surtout des hommes et des femmes : l’accompagnement de fin de vie ou de maladies plus spécifiques ne sera possible que grâce à la mobilisation de plus de 160 professionnels sans oublier les bénévoles et les membres du conseil à la vie sociale.
Cet établissement modernisé permettra d’offrir des conditions de travail modernes et exemplaires : rails au plafond pour l’aide aux déplacements de résidents lourds, locaux agréables, cuisine aux dernières normes, salle de repos pour le personnel…
C’est un point essentiel pour ces métiers qui exercent au quotidien dans des conditions difficiles.
Le travail de coopération et de réseau avec les services et établissements du territoire sera un axe de développement à privilégier dès 2019 pour renforcer les réponses apportées aux concitoyens du territoire.

LE PARTI ARCHITECTURAL

  • Le principe d’Eco construction offrira des conditions de gestion peu onéreuses et pérennes des équipements.
  • Le traitement de la lumière naturelle assurera un confort thermique.
  • Un travail sur les ambiances sonores du bâtiment garantira une acoustique des espaces, créant les conditions propices au travail et à la réflexion.
  • Un travail sur le caractère compact du bâti afin d’optimiser les surfaces.
  • Les jardins sont une composante majeure du projet offrant un cadre agréable de travail et de vie.

UN PROJET INTÉGRÉ ET UNE IMAGE DE QUALITÉ

La qualité du site d’origine et sa proximité du centre-ville justifient ce choix, et nous nous sommes employés à proposer une architecture qui traduit cette continuité.

  • Bâti et aménagements s’intègrent dans cet environnement, les bâtiments sont de formes simples et permettent une bonne lisibilité des différentes fonctions : des « maisons » autour d’une « place de village » centrale.
  • Les matériaux choisis sont sobres et pérennes, en harmonie avec le bâtiment historique et avec l’échelle du quartier.
  • Pour s’intégrer au mieux au climat, les orientations recherchées sont plutôt Nord et Sud pour les chambres ; Sud et Est pour les espaces communs ; Nord pour la logistique et les services généraux.
  • La relation des espaces de vie avec les jardins ou terrasses est recherchée.

Ce souci d’intégration n’est pas contradictoire avec la création d’une nouvelle image de qualité. Pour les familles, le personnel et les résidents, la perception du bâtiment conditionne leur appréciation générale de l’établissement. Aussi le caractère hôtelier sera privilégié, tout en ménageant la dimension domestique et l’appropriation des espaces privés par chacun. La prise en charge médicale s’organise dans un secteur situé au premier étage, mais se manifeste surtout par la présence quotidienne des soignants auprès des résidents.
Par les couleurs et matériaux choisis, c’est une image positive, douce et rassurante qu’on renvoie aux familles endolories par l’installation d’un parent en EHPAD.

Le projet en chiffres et en images: par ici

Pose de la 1ere pierre de l’EHPAD Latour du Pin à Saint André de Cubzac (33)